Sélectionner une page

10 tendances ecommerce 2019

Commerce en ligne

Dynamisé par le mobile, le eCommerce en Amérique du Nord a grossi de 16 % en 2018 pour atteindre plus de 500 milliards de dollars.

Le eCommerce représentera bientôt 15 % de toutes les ventes au détail en Amérique du Nord (en Chine, c’est 23 %), tandis que le numérique influence près de 60 % des ventes au détail. Dynamisé par le mobile, le eCommerce en Amérique du Nord a grossi de 16 % en 2018 pour atteindre plus de 500 milliards de dollars.

La manière dont nous interagissons avec les produits, de la découverte à l’achat (ainsi que les retours) suit maintenant un cycle ininterrompu 24/7. Ceci est vrai non seulement dans le commerce de détail, mais aussi pour le B2B, où l’intégration du eCommerce est devenue la priorité numéro un.

Le parcours des clients fusionne désormais les achats en ligne et en magasin. Le numérique et les achats en personne sont maintenant intimement liés, créant l’écosystème commercial symbiotique baptisé « omnicanal » – ou, tout simplement, les affaires. De nouveaux phénomènes prennent ainsi de l’ampleur, comme celui des retours, qui ont grimpé en flèche pour atteindre près d’un demi-billion de dollars.

Absolunet est l’une des principales agences de eCommerce en Amérique du Nord; elle compte des clients de détail et B2B tels que MillerCoors, Fujifilm, Structube, Bench, BMR, Stokes, Garneau, La Vie en Rose, Birks et SAIL – pour n’en nommer que quelques-uns. Elle est aux premières loges quand il s’agit de relever les tendances du eCommerce. Voici donc 10 tendances à surveiller en 2019. Il s’agit de développements importants que les entreprises doivent prendre en considération pour assurer la croissance de leurs ventes en ligne comme en magasin.

Les consommateurs sont de plus en plus conscients de l’empreinte écologique et éthique de leurs achats, y compris les achats numériques et ses impacts « réels ou cachés », sans oublier le coût du eCommerce et du consumérisme en général. Qu’il s’agisse de préoccupations portant sur le développement durable ou l’emballage excessif, les consommateurs récompensent les marchands qui font écho à leur système de valeurs.

  • Avait-on vraiment besoin d’utiliser une si grande boîte?
  • Sur quelle distance cela a-t-il été expédié ?
  • Comment et où ce produit est-il fabriqué?
  • Cette marque est-elle socialement responsable?

Les marques et les marchands, grands et petits, utilisent le numérique pour flatter les consommateurs dans le sens de leurs valeurs. Qui plus est, les consommateurs sont de plus en plus guidés par leurs valeurs et leur éthique lorsqu’ils prennent des décisions d’achat.

L’impact sociétal et environnemental exerce une influence croissante sur le choix des consommateurs, et les marques qui maîtrisent le numérique utilisent le eCommerce pour créer la visibilité et la transparence recherchées par les clients.

« Les clients veulent se sentir bien par rapport à leur décision quand ils achètent un produit. »

– Katherine Neebe, directrice de la durabilité chez Walmart

Les valeurs des consommateurs influenceront fortement le comportement d’achat (et celui des marchands).

Everlane

Everlane, une marque de mode s’adressant directement au consommateur, a été parmi les premiers détaillants en eCommerce à devenir « transparents », c.-à-d. en fournissant la ventilation des coûts des matériaux pour chaque produit qu’elle vend. Leurs ventes connaissent une croissance annuelle à deux ou trois chiffres, malgré l’absence de publicité. Le bouche à oreille, le site Web et les réseaux sociaux alimentent la croissance.

Everlane

Everlane, une marque de mode s’adressant directement au consommateur, a été parmi les premiers détaillants en eCommerce à devenir « transparents », c.-à-d. en fournissant la ventilation des coûts des matériaux pour chaque produit qu’elle vend. Leurs ventes connaissent une croissance annuelle à deux ou trois chiffres, malgré l’absence de publicité. Le bouche à oreille, le site Web et les réseaux sociaux alimentent la croissance.

The Reformation

The Reformation, une marque de vêtements et d’accessoires durables pour femmes qui s’adresse directement au consommateur, révèle « le véritable coût de la mode, et pas seulement le prix » dans son bulletin d’information, « The Sustainability Report ». L’entreprise divulgue son empreinte environnementale en termes de consommation d’eau, d’émission de dioxyde de carbone et de production de déchets. Ce faisant, elle passe au crible tous les aspects relatifs aux produits, de la culture des matières premières à la teinture, en passant par la fabrication, l’emballage et l’expédition – sans oublier l’entretien des articles.

The Reformation

The Reformation, une marque de vêtements et d’accessoires durables pour femmes qui s’adresse directement au consommateur, révèle « le véritable coût de la mode, et pas seulement le prix » dans son bulletin d’information, « The Sustainability Report ». L’entreprise divulgue son empreinte environnementale en termes de consommation d’eau, d’émission de dioxyde de carbone et de production de déchets. Ce faisant, elle passe au crible tous les aspects relatifs aux produits, de la culture des matières premières à la teinture, en passant par la fabrication, l’emballage et l’expédition – sans oublier l’entretien des articles.

Sportium

Le détaillant canadien d’articles de sport Sportium consacre une partie de ses activités de marketing et de marchandisage à sa collection éco-responsable, où les « marques et produits consciencieux » forment une catégorie à part entière.

Sportium

Le détaillant canadien d’articles de sport Sportium consacre une partie de ses activités de marketing et de marchandisage à sa collection éco-responsable, où les « marques et produits consciencieux » forment une catégorie à part entière.

WalMart

Le plus grand détaillant américain (et le plus grand épicier du monde) a entrepris, il y a près de 15 ans, de devenir un chef de file en matière de développement durable, tout au long de la chaîne de valeur. Sa démarche inclut la publication d’un manuel intitulé « Sustainable Packaging Playbook » un guide/cahier de charges à l’intention de ses fournisseurs afin d’améliorer la durabilité écologique par rapport aux emballages.

Walmart

Le plus grand détaillant américain (et le plus grand épicier du monde) a entrepris, il y a près de 15 ans, de devenir un chef de file en matière de développement durable, tout au long de la chaîne de valeur. Sa démarche inclut la publication d’un manuel intitulé « Sustainable Packaging Playbook » un guide/cahier de charges à l’intention de ses fournisseurs afin d’améliorer la durabilité écologique par rapport aux emballages.

Le problème à 400 milliards que le commerce de détail ne peut plus ignorer.

Les taux de retour des ventes en eCommerce sont deux à quatre fois plus élevés que dans le commerce « brique et mortier », et les attentes des clients en matière de générosité des politiques de retour rapprochent les détaillants d’un point de basculement ruineux.

Les retours ont atteint 400 milliards de dollars en 2017 (l’équivalent d’environ un mois de toutes les ventes au détail aux États-Unis), en hausse de 53 % depuis 2015. Des politiques de retour généreuses ont longtemps été utilisées pour augmenter les conversions en réduisant l’incertitude des consommateurs. Mais la croissance du eCommerce et la gratuité des frais d’expédition et des retours ont entraîné un effet secondaire dangereux : le coût de la gestion des retours. Ainsi, 44 % des détaillants affirment que les marges sont fortement impactées par la manutention et l’emballage des marchandises retournées.

« Vos retours

En 2018, Amazon a annoncé la mise en place d’une interdiction à vie pour les « retourneurs en série », c.-à-d. les clients qui ont l’habitude de retourner la plupart de leurs achats. Quelque 61 % des détaillants ont déclaré qu’ils feraient de même s’ils avaient les moyens de suivre de plus près les retours et les « retourneurs en série ».

L’année 2019 verra donc une multitude d’initiatives de vente au détail visant à décourager les retours, qu’il s’agisse de politiques de retour plus complexes ou conditionnelles, ou encore sous la forme d’incitatifs à ramasser les articles en magasin – dans le but de freiner le rythme d’augmentation insoutenable des retours.

Principaux indicateurs de tendance

400 milliards de dollars en retours ont été enregistrés en 2017 (+53 % sur 2 ans).

10 % des ventes des Fêtes sont retournées. En fait, le 26 décembre est la journée la plus achalandée pour les retours.

UPS a estimé qu’elle traiterait 1 million de retours par jour en janvier 2016.

Le taux de retour des achats effectués dans les établissements « brique et de mortier » a tendance à osciller autour de 8 %, tandis que les retours du eCommerce peuvent atteindre 15 à 30 %.

62 % des consommateurs sont plus susceptibles d’acheter en ligne s’ils peuvent retourner un article en magasin.

Au Royaume-Uni, les retours atteindront 23 % des achats en 2018

400 milliards de dollars en retours ont été enregistrés en 2017 (+53 % sur 2 ans).

10 % des ventes des Fêtes sont retournées. En fait, le 26 décembre est la journée la plus achalandée pour les retours.

UPS a estimé qu’elle traiterait 1 million de retours par jour en janvier 2016.

Le taux de retour des achats effectués dans les établissements « brique et de mortier » a tendance à osciller autour de 8 %, tandis que les retours du eCommerce peuvent atteindre 15 à 30 %.

62 % des consommateurs sont plus susceptibles d’acheter en ligne s’ils peuvent retourner un article en magasin.

Au Royaume-Uni, les retours atteindront 23 % des achats en 2018

H&M Canada

Au Canada, H&M n’accepte plus les retours en magasin des achats en ligne, ce qui oblige les consommateurs à recourir à la livraison et à assumer le port.

H&M Canada

Au Canada, H&M n’accepte plus les retours en magasin des achats en ligne, ce qui oblige les consommateurs à recourir à la livraison et à assumer le port.

Shopify

Shopify a acquis Return Magic afin de générer une capacité native de gestion et d’optimisation des retours. Return Magic permet également aux marchands Shopify d’utiliser les données des retours pour créer une meilleure expérience d’achat… et réduire les taux de retour.

Shopify

Shopify a acquis Return Magic afin de générer une capacité native de gestion et d’optimisation des retours. Return Magic permet également aux marchands Shopify d’utiliser les données des retours pour créer une meilleure expérience d’achat… et réduire les taux de retour.

AppRiss Retail

Best Buy, Home Depot et plusieurs détaillants nationaux utilisent un service qui évalue le comportement d’achat des clients (un peu comme les agences de notation de crédit) et impose des limites sur la quantité d’articles qu’ils peuvent retourner. Le système peut outrepasser la politique de retour du magasin et refuser de rembourser un achat.

AppRiss Retail

Best Buy, Home Depot et plusieurs détaillants nationaux utilisent un service qui évalue le comportement d’achat des clients (un peu comme les agences de notation de crédit) et impose des limites sur la quantité d’articles qu’ils peuvent retourner. Le système peut outrepasser la politique de retour du magasin et refuser de rembourser un achat.

Amazon goes brick and mortar

Amazon a expédié plus de 5 milliards de colis en 2017 rien qu’avec Prime et compte maintenant plus de 600 emplacements « brique et mortier » où les clients peuvent retourner la marchandise, un moyen de réduire la « taxe de retour ».

Amazon goes brick and mortar

Amazon a expédié plus de 5 milliards de colis en 2017 rien qu’avec Prime et compte maintenant plus de 600 emplacements « brique et mortier » où les clients peuvent retourner la marchandise, un moyen de réduire la « taxe de retour ».

INDIGO

Le libraire canadien Indigo offre un rabais de 10 % lorsque les commandes sont achetées en ligne et cueillies en magasin (BOPUS), un incitatif qui devrait non seulement réduire les retours, mais aussi augmenter les ventes complémentaires, étant donné que le client se trouve déjà sur place.

INDIGO

Le libraire canadien Indigo offre un rabais de 10 % lorsque les commandes sont achetées en ligne et cueillies en magasin (BOPUS), un incitatif qui devrait non seulement réduire les retours, mais aussi augmenter les ventes complémentaires, étant donné que le client se trouve déjà sur place.

Le congé est terminé pour les marchands et les consommateurs, qui devront payer les taxes de vente régionales en 2019, peu importe où le marchand est situé sur le plan géographique.

Dans les mois qui ont suivi l’affaire « Dakota du Sud c. Wayfair », plus de la moitié des États américains ont adopté une taxe de vente en ligne ou le feront en 2019. Les marchands et les fournisseurs de solutions accéléreront leurs discussions et leurs initiatives en matière de taxation et d’exigences de rapports relativement au eCommerce.

  • 69 % des détaillants affirment que la perception de la taxe de vente en ligne aurait un effet « très négatif » sur leurs affaires.
  • 36 % des internautes américains ont déclaré qu’ils achèteraient moins en ligne s’ils devaient défrayer la taxe de vente.

Les marchands, qu’ils soient B2C ou B2B, devront déterminer quelle taxe s’applique à quels clients, régions, produits, etc., puis calculer et facturer la taxe de vente propre à chaque État (et propre à chaque produit/prix) sur leurs ventes en ligne, pour ensuite remettre ces taxes à une multitude d’États et d’autorités… dans les délais impartis.

Parmi les 52 États et autres territoires de compétence, les taux de taxation différeront, avec des critères d’admissibilité et d’applicabilité variables. Les taux de taxe dépendront de ce qui est vendu (produits ET services) et éventuellement, du territoire de compétence où résident les consommateurs.

Les consommateurs paieront désormais les taxes de vente applicables sur tous leurs achats, et les marchands devront gérer ces taxes dans de nombreux territoires de compétence.

Avalara

Avalara est une solution de gestion de la taxe sur le eCommerce qui automatise l’application de la taxe de vente à l’étape du paiement, ainsi que la préparation, les rapports et la remise dans chaque État. La solution s’intègre avec plusieurs plateformes de eCommerce et de comptabilité (dont Magento, Shopify, Amazon et eBay).

Avalara

Avalara est une solution de gestion de la taxe sur le eCommerce qui automatise l’application de la taxe de vente à l’étape du paiement, ainsi que la préparation, les rapports et la remise dans chaque État. La solution s’intègre avec plusieurs plateformes de eCommerce et de comptabilité (dont Magento, Shopify, Amazon et eBay).

Amazon

Amazon perçoit déjà la taxe de vente dans tous les États sur les produits qu’elle vend directement (+/- la moitié de toutes les unités vendues sur son site), et peut encourager les marchands à vendre par l’intermédiaire d’Amazon pour s’éviter les complexités liées à l’application de la taxe de vente.

Amazon

Amazon perçoit déjà la taxe de vente dans tous les États sur les produits qu’elle vend directement (+/- la moitié de toutes les unités vendues sur son site), et peut encourager les marchands à vendre par l’intermédiaire d’Amazon pour s’éviter les complexités liées à l’application de la taxe de vente.

Ce ne sont pas vraiment des sites, ni des applications. En fait, les applications Web progressives (PWA) relèvent des deux! Et elles sont en train de changer la façon dont le eCommerce et le mobile coexistent. Les marques et les détaillants commenceront à passer des sites et des applications à une nouvelle norme : l’application Web progressive – un hybride entre ces deux concepts qui combine les avantages de chacun tout en faisant voler leurs limites en éclats.

Caractéristiques des PWA :

  • Chargement 2 à 10 fois plus rapide que les sites mobiles
  • Capacité hors ligne (ou réseau très faible)
  • Possible d’ajouter comme app à l’écran d’accueil d’un mobile, sans jamais nécessiter de mise à jour
  • Prise en charge des notifications push

Le eCommerce mobile est sur le point de devenir infiniment plus rapide et plus fluide.

« Les applications, telles que nous les connaissons, sont vouées à disparaître. En effet, l’utilisateur mobile télécharge en moyenne zéro applications par mois. »

Les PWA créent des expériences mobiles rapides et attrayantes, similaires à ce que les marques et les détaillants réalisent avec une application native, tout en étant également découvrables et accessibles à tous via le web mobile. Pas besoin de commercialiser sa propre application : le site mobile devient une application!

La technologie PWA fonctionne en transférant la charge de travail à l’appareil, au lieu de dépendre du serveur Web pour chaque page, disposition, clic et image. On crée ainsi une expérience standard, indépendamment du navigateur, du type d’appareil et de la connexion.

West Elm

Le PWA de West Elm offre une expérience de navigation quasi instantanée. La marque de meubles et de décoration a ainsi enregistré une augmentation de 15 % du temps passé sur le site et de 9 % du chiffre d’affaires par visite.

West Elm

Le PWA de West Elm offre une expérience de navigation quasi instantanée. La marque de meubles et de décoration a ainsi enregistré une augmentation de 15 % du temps passé sur le site et de 9 % du chiffre d’affaires par visite.

Lancôme

Lorsque Lancôme a refait son site mobile en PWA, les conversions ont augmenté de 17 % et les sessions mobiles de 51 %. De plus, les notifications push ont entraîné une augmentation du nombre de paniers récupérés.

Lancôme

Lorsque Lancôme a refait son site mobile en PWA, les conversions ont augmenté de 17 % et les sessions mobiles de 51 %. De plus, les notifications push ont entraîné une augmentation du nombre de paniers récupérés.

Les consommateurs pourront « ACHETER » directement sur les plateformes sociales.

Les plateformes de médias sociaux ne se contentent pas de vendre des acheteurs potentiels (« leads ») et du trafic eCommerce : elles cherchent à devenir transactionnelles. Les utilisateurs pourront ainsi finaliser leurs achats sans quitter la plateforme.

L’achat social est déjà la norme en Chine, où 55 % des utilisateurs d’applications sociales ont déclaré acheter des biens ou services directement à partir d’une application sociale.

Les services de messagerie privée, dont la popularité explose, devraient également devenir transactionnels. WhatsApp, Snapchat et Facebook Messenger affichent en effet des indicateurs d’engagement qui se chiffrent dans les milliards.

Principaux indicateurs de tendance

87 % des acheteurs en eCommerce croient que les médias sociaux les aident à prendre une décision d’achat.

1 propriétaire d’entreprise sur 4 utilise Facebook pour vendre.

40 % des marchands utilisent les médias sociaux pour générer des ventes.

30 % des consommateurs disent qu’ils achèteraient directement par l’entremise des plateformes de médias sociaux.

87 % des acheteurs en eCommerce croient que les médias sociaux les aident à prendre une décision d’achat.

1 propriétaire d’entreprise sur 4 utilise Facebook pour vendre.

40 % des marchands utilisent les médias sociaux pour générer des ventes.

30 % des consommateurs disent qu’ils achèteraient directement par l’entremise des plateformes de médias sociaux.

Instagram shop

Instagram travaillerait sur une application permettant le shopping intégral en plus d’avoir ajouté des fonctions de shopping sur sa plateforme principale, fournissant lien direct vers le site Web du marchand où l’on peut finaliser l’achat (au lieu de devoir chercher, naviguer, ajouter au panier et régler). Une fonctionnalité de paiement native a subtilement été ajoutée à son application pour certains utilisateurs, qui peuvent maintenant acheter sans jamais quitter Instagram.

Instagram shop

Instagram travaillerait sur une application permettant le shopping intégral en plus d’avoir ajouté des fonctions de shopping sur sa plateforme principale, fournissant lien direct vers le site Web du marchand où l’on peut finaliser l’achat (au lieu de devoir chercher, naviguer, ajouter au panier et régler). Une fonctionnalité de paiement native a subtilement été ajoutée à son application pour certains utilisateurs, qui peuvent maintenant acheter sans jamais quitter Instagram.

Kylie Cosmetics x Snapchat

Kylie Cosmetics est l’une des 20 marques présentes dans la section « Shop and Cop » de Snapchat, où les utilisateurs peuvent parcourir la marchandise et acheter directement dans l’application sans être dirigés vers un site Web distinct.

Kylie Cosmetics x Snapchat

Kylie Cosmetics est l’une des 20 marques présentes dans la section « Shop and Cop » de Snapchat, où les utilisateurs peuvent parcourir la marchandise et acheter directement dans l’application sans être dirigés vers un site Web distinct.

Google Express

Google Express (qui n’est pas plateforme sociale, mais quand même) regroupe les marchands en un seul panier au bénéfice des consommateurs, centralisant l’expérience d’achat, y compris la cueillette en magasin, sans jamais agir comme marchand en tant que tel. Google capitalise ainsi sur son écosystème qui englobe la recherche, les annonces, les cartes géographiques, les « reviews » et le paiement.

Google Express

Google Express (qui n’est pas plateforme sociale, mais quand même) regroupe les marchands en un seul panier au bénéfice des consommateurs, centralisant l’expérience d’achat, y compris la cueillette en magasin, sans jamais agir comme marchand en tant que tel. Google capitalise ainsi sur son écosystème qui englobe la recherche, les annonces, les cartes géographiques, les « reviews » et le paiement.

Les détaillants en ligne offrent en moyenne de 2 à 10 fois plus de produits qu’il y a dix ans. Or, cette présence en ligne n’est possible que si le contenu de produits est en place (images de produits, vidéos, descriptions, tailles, attributs et produits complémentaires).

Même les plus grands détaillants peinent à maintenir la cadence requise pour créer suffisamment de contenu de produits afin de commercialiser et marchandiser adéquatement leurs gammes.

Le contenu de produits est au cœur du eCommerce. Il confère des capacités supérieures de découverte et de sélection de produits, ce qui nécessite des renseignements détaillés et des attributs clés spécifiques aux produits, en association avec la recherche sémantique.

L’intelligence artificielle (AI) aidera les détaillants à créer un contenu de produits plus riche et de meilleure qualité, à améliorer le référencement et à dynamiser le marchandisage.

Les détaillants doivent conserver et fournir des images et des vidéos, des descriptions de catalogue, des noms, des métadonnées propres à chaque catégorie (p. ex. information nutritionnelle pour les produits alimentaires), la disponibilité des stocks, les matrices de produits (p. ex. assortiment de tailles offerts), les logos des entreprises et des marques, les évaluations et les critiques de produits, ainsi que les prix et les promotions pour tous les SKU réels. L’acquisition de ces renseignements auprès des fournisseurs est une tâche qui prend beaucoup de temps – en plus d’exiger le recours à diverses méthodes et à une grande quantité d’interventions manuelles.

C’est là où les robots entrent en scène.

Les solutions basées sur l’intelligence artificielle permettront de plus en plus la création, l’optimisation, la classification, la traduction et la syndication du contenu de produits. La combinaison de ces activités est en effet devenue une nécessité pour répondre à la demande des consommateurs en matière d’information sur les produits : les marchands qui possèdent le plus d’informations (et la meilleure information) obtenant la faveur du client.

Alibaba

Le marché numérique chinois rapporte que son outil de rédaction basé sur l’intelligence artificielle, qui peut produire 20 000 lignes de texte par seconde, est utilisé un million de fois par jour par les fournisseurs.

Alibaba

Le marché numérique chinois rapporte que son outil de rédaction basé sur l’intelligence artificielle, qui peut produire 20 000 lignes de texte par seconde, est utilisé un million de fois par jour par les fournisseurs.

Stokes

Le détaillant canadien d’accessoires de maison utilise le système de marchandisage de Dynamic Yield, qui fait appel à l’intelligence artificielle. S’inspirant du comportement des utilisateurs et se fondant sur les meilleurs vendeurs dans chaque catégorie, ce système a entraîné une augmentation de 26 % du chiffre d’affaires en ligne au cours de la première année.

Stokes

Le détaillant canadien d’accessoires de maison utilise le système de marchandisage de Dynamic Yield, qui fait appel à l’intelligence artificielle. S’inspirant du comportement des utilisateurs et se fondant sur les meilleurs vendeurs dans chaque catégorie, ce système a entraîné une augmentation de 26 % du chiffre d’affaires en ligne au cours de la première année.

Amazon

Amazon mettra un moteur de recommandations de produits en temps réel basé sur l’IA à la disposition des marchands qui utilisent la console AWS.

Amazon

Amazon mettra un moteur de recommandations de produits en temps réel basé sur l’IA à la disposition des marchands qui utilisent la console AWS.

Adobe

Adobe, qui a acheté la plateforme eCommerce Magento pour 1,68 milliard de dollars, aide les marchands et les marques à automatiser leurs recommandations, contenus et interactions personnalisés grâce à ses plateformes Adobe Sensei et Adobe Target.

Adobe

Adobe, qui a acheté la plateforme eCommerce Magento pour 1,68 milliard de dollars, aide les marchands et les marques à automatiser leurs recommandations, contenus et interactions personnalisés grâce à ses plateformes Adobe Sensei et Adobe Target.

N’étant plus dépendant des applications, le code QR réalisera son potentiel et aidera les marques à fournir des informations sur les produits.

N’importe qui possédant le plus récent téléphone portable peut désormais utiliser sa caméra pour détecter les codes QR et consulter descriptions, prix et autres informations relatives aux produits.

Les utilisateurs verront une invite à l’écran dès que leur appareil reconnaîtra un code QR (ce qui prend généralement moins d’une seconde), avec l’option de cliquer sur un lien qui les emmènera à l’emplacement désiré. Voilà qui répondra au défi des fabricants pour qui l’espace limité sur l’emballage peut rendre impossible l’impression de tous les renseignements pertinents sur le produit – tout en offrant une opportunité de créer une relation directe entre la marque et le consommateur.

En faisant de la détection de code QR une composante native d’iOS et d’Android, Apple et Google ont éliminé le principal obstacle à l’utilisation et à l’adoption du code QR : la dépendance aux applications pour la lecture du code.

En plus d’ajouter une dimension de réalité augmentée à la vie quotidienne de chaque utilisateur mobile, le code QR permet de faciliter le furetage en magasin (showrooming) – la pratique qui consiste à se rendre au magasin avant d’effectuer l’achat, que ce soit en ligne, au magasin du marchand visité ou chez un concurrent – tant pour les consommateurs que pour les marchands. On dispose ainsi d’un nouveau canal pour découvrir le produit et acquérir le client.

Certaines études ont attribué jusqu’à 20 % des ventes numériques aux visites en magasin, où la découverte initiale se fait en personne, mais avec recherche et complétion de l’achat par des canaux numériques, autrement dit le furetage en magasin.

Principaux indicateurs de tendance

28% des consommateurs achètent régulièrement des articles en ligne après une recherche hors ligne/en magasin.

Deloitte prévoit que la part des consommateurs qui découvrent un article en magasin, avant d’acheter en ligne, passera à 48 %. Le balayage du code QR pourra ainsi donner à une marque ou à un marchand plus d’influence sur les achats « du magasin au Web », appelé « showrooming ».

Application inversée :
L’application de shopping d’Amazon offre une fonction de reconnaissance d’objet forte, qui utilise une fonctionnalité AR sans marqueur (« sans marqueur » étant l’opposé de la reconnaissance visuelle « basée sur un marqueur »; un code QR serait considéré comme un « marqueur », comme le serait un code barre, par exemple).

28% des consommateurs achètent régulièrement des articles en ligne après une recherche hors ligne/en magasin.

Deloitte prévoit que la part des consommateurs qui découvrent un article en magasin, avant d’acheter en ligne, passera à 48 %. Le balayage du code QR pourra ainsi donner à une marque ou à un marchand plus d’influence sur les achats « du magasin au Web », appelé « showrooming ».

Application inversée :
L’application de shopping d’Amazon offre une fonction de reconnaissance d’objet forte, qui utilise une fonctionnalité AR sans marqueur (« sans marqueur » étant l’opposé de la reconnaissance visuelle « basée sur un marqueur »; un code QR serait considéré comme un « marqueur », comme le serait un code barre, par exemple).

Les 18 plus grands marchés numériques du monde vendent pour plus d’un billion de dollars de marchandises chaque année. Les analystes prévoient que les marchés numériques représenteront 40 % du marché mondial de la vente au détail en ligne d’ici 2020. Ces marchés – lorsqu’ils sont exploités efficacement – sont susceptibles d’accroître la fidélité des clients, d’augmenter la valeur moyenne des commandes et d’instaurer la confiance.

« Les marchés sont en train de dévorer le monde. »

– Jeff Bezos, chef de la direction et fondateur d’Amazon

Les détaillants qui disposent d’un trafic important ajouteront la fonctionnalité de marché pour saisir de nouveaux revenus grâce aux commissions sur les ventes; ils pourront aussi tester l’intérêt envers différents produits et diverses catégories avant d’alimenter directement les références SKU. Les distributeurs ayant plusieurs fournisseurs peuvent ainsi devenir le guichet unique d’un client en offrant et en affichant un plus grand choix de produits et de références SKU, tout en créant une vitrine directe au consommateur (D2C).

Voilà qui améliorera l’expérience d’achat des clients en leur offrant des produits et services multiples et complémentaires sur un seul site Web (ou PWA).

Que ce soit pour battre Amazon, eBay et d’autres à leur propre jeu ou pour profiter de la popularité des marchés, les détaillants peuvent élargir leur portée et leur choix en intégrant le modèle du marché à leur arsenal de eCommerce.

Concurrencer Amazon en imitant le géant du eCommerce et en devenant une place de marché.

Principaux indicateurs de tendance

La moitié de toutes les marchandises vendues sur Amazon provient de vendeurs tiers.

12 % des grands détaillants exploitent actuellement des marchés.

86 % des détaillants affirment qu’il est CRUCIAL DE DÉTENIR la transaction et la relation client.

La moitié de toutes les marchandises vendues sur Amazon provient de vendeurs tiers.

12 % des grands détaillants exploitent actuellement des marchés.

86 % des détaillants affirment qu’il est CRUCIAL DE DÉTENIR la transaction et la relation client.

Best Buy Canada

Best Buy Canada, autrefois un détaillant spécialisé dans l’électronique, a capitalisé sur son trafic exceptionnel (plus de 20 millions de visites/mois) en intégrant un marché numérique; l’entreprise a rapidement doublé ses références SKU en ligne et étendu son offre aux bijoux, meubles, produits pour bébé et bien d’autres catégories.

Best Buy Canada

Best Buy Canada, autrefois un détaillant spécialisé dans l’électronique, a capitalisé sur son trafic exceptionnel (plus de 20 millions de visites/mois) en intégrant un marché numérique; l’entreprise a rapidement doublé ses références SKU en ligne et étendu son offre aux bijoux, meubles, produits pour bébé et bien d’autres catégories.

WalMart

Lorsque WalMart Canada a lancé sa fonction de marché, elle a immédiatement doublé sa gamme de produits offerts en ligne, la gamme de produits initiale se concentrant sur la maison, les produits pour bébé, les vêtements, les jouets et les articles de sport.

WalMart

Lorsque WalMart Canada a lancé sa fonction de marché, elle a immédiatement doublé sa gamme de produits offerts en ligne, la gamme de produits initiale se concentrant sur la maison, les produits pour bébé, les vêtements, les jouets et les articles de sport.

Catch Group

L’entreprise australienne Catch Group, consacrée exclusivement au plein air et connue pour ses offres « catch of the day », a lancé son marché en 2017, un segment qui a rapidement pris de l’ampleur pour représenter plus de 25 % de ses revenus, avec plus de 500 vendeurs. Catch est passée de 25 000 SKU dans son entrepôt à plus de 1 000 000 références SKU en ligne.

Catch Group

L’entreprise australienne Catch Group, consacrée exclusivement au plein air et connue pour ses offres « catch of the day », a lancé son marché en 2017, un segment qui a rapidement pris de l’ampleur pour représenter plus de 25 % de ses revenus, avec plus de 500 vendeurs. Catch est passée de 25 000 SKU dans son entrepôt à plus de 1 000 000 références SKU en ligne.

Mirakl

Pour les détaillants qui cherchent à ajouter des capacités de marché, des solutions comme Mirakl se connectent aux écosystèmes eCommerce existants et permettent de déployer rapidement le tout.

Mirakl

Pour les détaillants qui cherchent à ajouter des capacités de marché, des solutions comme Mirakl se connectent aux écosystèmes eCommerce existants et permettent de déployer rapidement le tout.

Channel Advisor

Les distributeurs ou les vendeurs qui cherchent à diversifier leurs canaux de vente par l’ajout de plusieurs marchés peuvent se tourner vers ChannelAdvisor, un outil de syndication de SKU qui relie les produits, les contenus de produits et les prix à plusieurs canaux; ChannelAdvisor est relié à plus de 100 marchés dans le monde.

Channel Advisor

Les distributeurs ou les vendeurs qui cherchent à diversifier leurs canaux de vente par l’ajout de plusieurs marchés peuvent se tourner vers ChannelAdvisor, un outil de syndication de SKU qui relie les produits, les contenus de produits et les prix à plusieurs canaux; ChannelAdvisor est relié à plus de 100 marchés dans le monde.

L’expression « drive-to-store » acquiert un deuxième sens

Près de la moitié des 135 millions d’Américains qui se rendent au travail en voiture utilisent leur téléphone intelligent pour repérer la station-service la plus proche, ou commander et payer le café, les plats à emporter, l’épicerie, le stationnement et plus encore. Somme toute, 77 % des personnes faisant la navette pour le travail et se connectant à Internet dans leur voiture* effectuent des transactions en ligne, d’une façon ou d’une autre. Selon certaines estimations, une fois que des fonctionnalités de commerce seront intégrées à bord des véhicules, jusqu’à 83 % de TOUTES les personnes qui font la navette pour le travail effectueront des transactions à partir de leur voiture.

Les technologies de géolocalisation (GPS, Google maps et Waze, par exemple) aident les publicitaires à comprendre où vont les utilisateurs et où ils vont le plus souvent, tout comme le référencement aide les publicitaires à comprendre ce que les consommateurs recherchent, et les médias sociaux à révéler ce qu’ils « aiment ».

« Le comportement au volant et la localisation ont une valeur monétaire, un peu comme les activités de recherche. »

De la recherche vocale au GPS, en passant par les applications de musique et de podcast, le eCommerce à bord des véhicules deviendra l’un des principaux moteurs de l’achalandage local, tandis que l’adoption par les consommateurs, la publicité contextuelle et les interfaces conviviales favoriseront toutes la conversion auto-mobile.

Quelque 80 % des utilisateurs mobiles ont recours aux moteurs de recherche vocaux pour trouver une entreprise locale; de ce nombre, 50 % sont susceptibles de se rendre en magasin dans la journée, tandis qu’environ 18 % de ces recherches se traduisent en vente dans les 24 heures.

Benny & Co

Benny & Co utilise Waze pour afficher des épinglettes sur l’écran des automobilistes rentrant du travail et se trouvant à proximité. L’entreprise accroît de cette façon son achalandage à l’heure du dîner dans l’un ou l’autre de ses 48 restaurants servant du poulet rôti.

Benny & Co

Benny & Co utilise Waze pour afficher des épinglettes sur l’écran des automobilistes rentrant du travail et se trouvant à proximité. L’entreprise accroît de cette façon son achalandage à l’heure du dîner dans l’un ou l’autre de ses 48 restaurants servant du poulet rôti.

Ashley Furniture

Ashley Furniture Canada used map and driving apps to create awareness of its newest store opening – right next to Montreal’s 2nd busiest highway intersection, thereby leveraging brand awareness and rush hour traffic.

Ashley Furniture

Ashley Furniture Canada used map and driving apps to create awareness of its newest store opening – right next to Montreal’s 2nd busiest highway intersection, thereby leveraging brand awareness and rush hour traffic.

Les marques et les fabricants reprennent le contrôle de leur contenu de produits.

Tel qu’évoqué plus haut, le contenu de produits est au cœur du eCommerce et constitue l’une des clés d’une expérience omnicanale cohérente. L’information sur les produits (images, descriptions, spécifications, attributs, etc.) est maintenant aussi importante que le produit lui-même. Sans cette information, les consommateurs numériques ne peuvent pas découvrir ce qu’ils veulent, faire des recherches, comparer ou prendre une décision d’achat éclairée.

Tandis que les marques et les détaillants continuent d’établir des priorités et d’investir dans le contenu de produits, les leaders du numérique feront un pas de plus pour améliorer la syndication du contenu de produits.

La syndication assure en effet la cohérence entre les canaux et offre aux acheteurs et aux consommateurs l’expérience de shopping/d’achat la plus complète et la plus pertinente.

La syndication du contenu de produits est en elle-même un contenu automatiquement acheminé vers plusieurs sites/canaux à partir d’un point centralisé, élargissant ainsi sa portée et sa visibilité, tout en assurant sa cohérence. Les marques et les fabricants syndiquent leur contenu pour accroître la notoriété de la marque, la cohérence des renseignements sur les produits, le référencement et les conversions.

WalMart

Le plus grand détaillant américain, qui exploite également la 2e plus importante place de marché après Amazon, a imposé des outils de syndication de produits à ses fournisseurs afin de disposer du meilleur contenu de produits sur ses plateformes, et aussi le contenu le plus à jour.

WalMart

Le plus grand détaillant américain, qui exploite également la 2e plus importante place de marché après Amazon, a imposé des outils de syndication de produits à ses fournisseurs afin de disposer du meilleur contenu de produits sur ses plateformes, et aussi le contenu le plus à jour.

inRiver

La plateforme de gestion d’information de produit inRiver a lancé une version béta de son outil de syndication de contenu produit. Celle-ci aidera les marques et distributeurs à pousser le contenu produit aux détaillants et équipes de marketing à partir d’une plateforme centralisée, assurant la constance, la qualité et la complétion.

In river

(texte à venir)

Contactez les auteurs.

Absolunet

Absolunet est une agence eCommerce nord-américaine qui aide les commerçants, distributeurs et manufacturiers à combler l’écart entre comment ils vendent et ce à quoi s’attendent leurs clients de l’économie numérique.

Fondée en 1999, l’agence détient les plus hautes certifications sur plusieurs plateformes eCommerce : l’agence est un partenaire «Enterprise» de Magento, partenaire «Or» de Sitecore, partenaire «platine» Insite en plus d’être le partenaire nord-américain de l’année inRiver au cours des trois dernières années.

Absolunet livre des intégrations eCommerce pour des clients dans divers secteurs, dont la vente au détail, les grossistes et distributeurs, les manufacturiers, les articles de sport, la mode, le décor et le mobilier, la photographie, les services publics, l’alimentation, les bijoux, la restauration et de nombreux autres à partir de ses trois bureaux à Montréal, Kansas City et Boisbriand.

Contactez les auteurs.

tendances@absolunet.com
1 514 982-6560

Sources

01. Les consommateurs activistes et l’essor du eCommerce éthique

 

01. Les consommateurs activistes et l’essor du eCommerce éthique

Share This